Résultats 2017




 N°
  Dates Rallye Base Surface
1 19 - 22 janvier Drapeau de Monaco Rallye Monte-Carlo Drapeau de la France Gap Asphalte et neige
2 10 - 12 février Drapeau de la Suède Rallye de Suède Drapeau de la Suède Hagfors Neige
3 10 - 12 mars Drapeau du Mexique Rallye du Mexique Drapeau du Guanajuato León Gravier
4 7 - 9 avril Drapeau de la France Tour de Corse Flag of Corsica.svg Ajaccio Asphalte
5 28 - 30 avril Drapeau de l'Argentine Rallye d'Argentine Bandera de la Provincia de Córdoba.svg Villa Carlos Paz Gravier
6 19 - 21 mai Drapeau du Portugal Rallye du Portugal Drapeau du Portugal Faro Gravier
7 9 - 11 juin Drapeau de l'Italie Rallye de Sardaigne Flag of the Italian region Sardinia.svg Olbia Gravier
8 30 juin - 2 juillet Drapeau de la Pologne Rallye de Pologne Drapeau de la Pologne Mikołajki Gravier
9 27-30 juillet Drapeau de la Finlande Rallye de Finlande Drapeau de la Finlande Jyväskylä Gravier
10 18 -20 août Drapeau de l'Allemagne Rallye d'Allemagne Flag of Rhineland-Palatinate.svg Trèves Asphalte
11 20 - 22 octobre Drapeau de l'Espagne Rallye de Catalogne Flag of Catalonia.svg Salou Asphalte et gravier
12 3 - 5 novembre Drapeau du Royaume-Uni Rallye de Grande-Bretagne Flag of Wales 2.svg Deeside Gravier
13 17 - 19 novembre Drapeau de l'Australie Rallye d'Australie Flag of New South Wales.svg Coffs Harbour Gravier

La Fiesta 2017 : « Equilibre entre performance et fiaiblité »

Ingénieur en chef de M-Sport et évidemment à la tête du projet « Ford Fiesta WRC 2017 », Chris Williams est revenu sur le travail de son équipe pour concevoir cette nouvelle voiture.

Quand a commencé le travail sur cette Ford Fiesta WRC ?

« Nous avons des personnes qui travaillent sur le concept depuis mi-2015. Comme pour toute nouvelle voiture, le premier boulot a été de comprendre la réglementation et explorer de nouvelles idées. C’était particulièrement difficile au départ car les règlements étaient très vagues. »

Quelle a été la liberté permise grâce aux nouvelles réglementations ?

« Ces nouveaux règlements ont certainement fourni une plus grande marge pour faire quelque chose de différent, et vous pouvez le voir rien qu’au niveau de l’aérodynamisme. Travaillant dans le secret, chaque équipe a proposé quelque chose de légèrement différent, bien qu’il existe certains secteurs communs entre chaque voiture.

Nous nous sommes fixés un objectif d’équilibre aérodynamique et nous l’avons atteint. Vous devez constamment équilibrer votre équation entre trainée aérodynamique, appui, fiabilité et robustesse. Nous cherchons à être efficace dans chaque domine et tout le monde a dû calculer les risques à prendre pour trouver un équilibre entre performance et fiabilité. »

A quel point la Fiesta WRC a été construite de zéro ?

« Quasiment chaque élément de la voiture a été spécifiquement optimisé pour ce projet avec très peu ou pas de compromis. Nous nous sommes concentrés pour construire la meilleure voiture possible et nous avons eu tout ce dont nous avions besoin pour le faire. Si nous prenons la transmission par exemple, l’ancienne unité a été prise de la Ford Fiesta S2000 et adaptée pour la WRC. Cette année, la transmission est spécifiquement conçue et optimisée uniquement en tant que composant de cette voiture en fonction de la nouvelle réglementation. »

Est-ce que le développement s’est déroulé comme prévu ?

« Cela implique beaucoup de travail. Nous avons une petite équipage mais très forte avec des personnes qui travaillent 24h sur 24 dans les coulisses. Il y a toujours quelques domaines où nous aurions aimé travailler un peu plus si le temps le permettait, mais je pense que c’est la même chose pour tout le monde. Tout ce qui pouvait représenter un avantage à été incorporé.

A ce stade, il est difficile de mesurer la compétitivité de la voiture mais nous allons bientôt le voir. Nous avons vraiment fait un grand pas en avant rapport à notre voiture précédente.

Avec cette voiture et nos équipages, nous avons les meilleures chances que nous avons pu avoir depuis des années. Attendre le premier temps intermédiaire sera très stressant, il sera intéressant de voir si c’est une bagarre équitable ou si les conditions jouent un facteur décisif. »

M.Wilson : « Une grande fierté »

« C’est l’aube d’une nouvelle ère et une chance de voir si tout notre travail va payer. Le dévouement que notre équipe a mis dans cette voiture est incroyable. Je dois dire que je suis très fier de ce travail, et que ma fierté se porte sur chaque membre de l’équipe qui a travaillé jour et nuit pour nous permettre d’atteindre ce moment.

Nous pensons que nous avons réalisé une nouvelle voiture fantastique, mais personne ne sait vraiment ce qu’il va se passer jusqu’à ce que les équipes s’affrontent pour la première fois en compétition. Vous pouvez ressentir toute l’attente autour de ça, et à juste titre. Ce sera une année spectaculaire pour le rallye, nous nous retrouvons avec l’équipe la plus forte que nous ayons eu depuis des années. »

Avec seulement deux jours d’essais pour préparer le Monte-Carlo, Sébastien Ogier est le pilote officiel qui aura le moins roulé cet hiver en vue de cette épreuve.

« Vous voulez toujours avoir plus de temps, mais dans notre cas, c’est particulièrement vrai. Sébastien est un pilote de premier rang, mais nous devons admettre qu’il partira avec un désavantage avec si peu de temps passé dans la Fiesta. Mais s’il y a bien quelqu’un qui peut réussir dans cette situation, c’est Sébastien Ogier. »

Enfin, Malcolm Wilson affiche les espoirs placés sur Ott Tänak, promo deuxième pilote de l’équipe M-Sport en 2017.

« Nous avons aussi Ott Tänak, un gars qui est quelqu’un de très déterminé et impatient de débuter la saison. Il n’y a aucun doute, Ott est prêt pour 2017 et je suis persuadé qu’il réalisera de grandes performances cette année. » 

 

Tänak : « Etre régulièrement performant »

Auteur de grosses performances la saison dernière, Ott Tänak arrive désormais à un moment charnière de sa carrière, celui de la confirmation.

Réintégré au team M-Sport n°1 aux côtés de Sébastien Ogier, le pilote estonien espère évidemment progresser en se montrant plus régulier sur l’ensemble du calendrier. Encore trop tendre sur asphalte, Tänak n’a jamais vraiment brillé au Monte-Carlo en trois participations, sa septième place de l’an passé étant son meilleur résultat sur cette épreuve.

« Je suis impatient de démarrer cette saison. Il y a beaucoup de nouveautés et c’est un tout nouveau challenge, je suis sûr que ce sera intéressant.

Il y a eu beaucoup de travail de fait avant d’être prêt pour cette épreuve. Le travail accompli par toute l’équipe a été incroyable et il y a vraiment un sentiment d’excitation. Tout est nouveau et personne ne sait vraiment où se situer avant les premières spéciales.

Le feeling est bon mais nous allons démarrer par l’un des rallyes les plus difficiles du calendrier avec le Monte-Carlo. C’est une épreuve difficile mais pour bien faire sur cette épreuve, la recette est assez simple.

Premièrement, vous avez besoin d’une grosse expérience des années précédentes. Secondement, vous devez être réguliers, quelque soit les conditions. Vous devez éviter les erreurs, faire les bons choix de pneus et trouver le bon setup. Si vous arrivez à réunir tout ça ensemble, vous savez que vous pouvez réaliser un bon rallye.

L’objectif pour cette saison est d’être régulièrement performant . Nous avons une assez grosse expérience maintenant et nous voulons enregistrer de bons résultats tout au long de la saison. »

Ogier : « Nous sommes déterminés »

Après une intersaison très mouvementée, Sébastien Ogier, triple tenant du titre au Monte-Carlo, fera évidemment partie des favoris de l’épreuve monégasque.

Motivé par ce nouveau défi chez M-Sport, le pilote gapençais a déjà prouvé à maintes reprises ses qualités sur un Monte-Carlo mais reste logiquement prudent avant le départ.

« C’est une nouvelle saison dans tous les sens du terme, nouvelle réglementation, nouvelle voiture et nouvelle équipe. Nous savons tous que l’expérience est un facteur important en rallye et ça aurait été une bonne chose d’être dans l’équipe depuis plus longtemps, mais nous avons beaucoup appris au cours du dernier mois. 

Au fil des années, j’ai appris à être pragmatique dans mon approche et de me concentrer sur le job que j’ai à faire.C’est exactement ce que nous avons à faire cette semaine. Nous n’avons pas eu beaucoup de préparation, mais nous sommes déterminés pour signer le meilleur résultat possible sur ce premier rallye.

Nous avons eu deux jours d’essais dans des conditions typiques du Monte-Carlo la semaine dernière et nous connaissons tous le secret pour être performant sur cette épreuve : faire le bon choix de pneus, anticiper les conditions de route et juger des niveaux de grip. Si nous pouvons faire tout cela, je pense que nous pourrions être en bonne position.

J’ai eu beaucoup de succès sur le Monte-Carlo, mais je n’ai jamais manqué d’humilité face à un événement aussi historique et compliqué. C’est une épreuve pas comme les autres. »

M-Sport

Pilotes : Sébastien Ogier, Ott Tänak

Voiture : Fiesta M-Sport WRC

Voilà l'équipe dont on a le plus parlé ces derniers jours. Et pour cause, le quadruple-champion du monde en titre, Sébastien Ogier, vient de s'engager avec M-Sport. Un sacré pari pour celui qui a passé sa carrière au sein de grosses écuries. Mais il était déjà reparti de zéro en 2011, lorsqu'il avait quitté Citroën pour tenter le pari Volkswagen. Le Français est capable de rebondir dès 2017 avec son nouveau team. Il aura à ses côtés Ott Tänak, qui vient d'être élu pilote de l'année 2016 par les fans !

 

1. Les voitures les plus rapides de l’histoire

La puissance des moteurs atteindra 380 chevaux maximum, contre 300 la saison dernière. En terme de motorisation, ce sont les voitures les plus rapides de l’histoire. Bien sûr, tous les pilotes ne peuvent pas dompter ce type d’engin. La FIA a donc créé une nouvelle règle stipulant que l’homologation d’une WRC ne sera validée qu’après l’inscription d’un constructeur au championnat constructeur. Pas de temps pour l’amateurisme.

 

2. Amélioration de l'aérodynamique

Les voitures vont plus vite, et leur design est encore plus exotique qu’avant. Les constructeurs ont rajouté des ailerons, des diffuseurs et des spoilers. Vous pensiez que la problématique de l’aérodynamique était spécifique aux disciplines sur piste ? Vous avez tout faux.

 

3. Un nouveau parcours

Le tracé de la 85e édition du Rallye de Monte-Carlo a été modifié à 85%. Tout un symbole. Les changements seront surtout visibles le vendredi, la journée la plus longue de la compétition. Une nouvelle boucle a été ajoutée dans les Hautes-Alpes. Le tracé passera par Agnières en Dévoluy, Le Motty, Aspres-lès-Corps, Chaillol, Saint Léger, les Mélèzes ou Ancelle. Ça en jette, non ?

 

4. La Finlande sera bien représentée

Pour la première fois, la nation phare du WRC possède sa propre équipe. Enfin presque. Toyota – qui fait son retour en WRC après 17 ans d’absence – est en réalité une team japonaise. Mais elle pourrait aussi bien être finlandaise. Le directeur de l’équipe n’est autre que le quadruple champion du monde Tommi Makinen, et tous les pilotes sont originaires de Finlande.

 

5. Nouvelles voitures

Les règles sont différentes. Les voitures ont donc été modifiées en conséquence. Suivez attentivement le parcours de la nouvelle DS3 de Citroën et de la Ford Fiesta. Lla Hyundai i20 Coupé fera également ses grands débuts à Monte-Carlo

 

6. La gestion des pneus est essentielle

Ironiquement, tous les ingénieurs ont travaillé d'arrache-pied pour améliorer les performances des voitures, mais à Monte-Carlo ça n’aura aucun impact. Le résultat final dépend surtout de la gestion des pneus. Un pilote peut rouler dans la neige, sur la glace, dans l’eau ou sur l’asphalte. Et tout ça dans la même spéciale.

 

7. Le Trophée FIA WRC

Le quoi ? Le Trophée FIA WRC est une nouvelle idée qui résout le problème lié à l’introduction de toutes ces nouvelles voitures en 2017. Qu’est-ce qu’on fait des anciennes voitures homologuées ? On crée un nouveau championnat, tout simplement.

 

 

 

Écrire commentaire

Commentaires : 0