Ford RS200 (1984-1986)

A la suite des bons résultats de la version rallye de la Ford Escort MkII, et pour l'arrivée de la Ford Escort MkIII sur le marché en 1980, Ford Motorsport travailla sur une version de la Ford Escort RS 1700T, équipée de deux roues motrices à l'arrière et d'un turbocompresseur, dans le but de la faire courir dans la catégorie Groupe B. Le développement du véhicule connut une série de problèmes, qui entraina l'abandon du programme en 1983. Voulant disposer tout de même d'une voiture capable de participer au championnat du monde des rallyes, Ford décida de créer une voiture depuis une feuille blanche, conçue spécifiquement pour la compétition. Ce véhicule devait disposer de quatre roues motrices, technologie récemment nécessaire en rallye.

 

Ce nouveau modèle suivait un design nouveau, avec une coque en plastique et fibre de verre conçu par Ghia, un moteur central et quatre roues motrices. Les voitures furent construites par Reliant, une entreprise réputée pour ses compétences concernant la fibre de verre. Pour favoriser la distribution des masses et l'équilibre de la voiture, les concepteurs créèrent une transmission partant du moteur central vers le train avant, puis, de là, retournant aux roues arrières, ce qui en faisait une configuration compliquée. Le châssis fut conçu par l'ancien concepteur de Formule 1 Tony Southgate, aidé au début par l'ancien ingénieur de Formule 1 de chez Ford, John Wheeler. Sa suspension était à double triangulation, avec deux amortisseurs à chaque roue, et l'ensemble semblait alors être le meilleur ensemble parmi les configurations des concurrents de l'époque. Le temps étant compté, nombre de pièces de ce véhicule furent prises sur d'autres modèles, comme le pare-brise avant et les feux arrières, identiques à ceux des premières Ford Sierra.

Le moteur était un Ford/Cosworth "BDT" de 1,8 litre, turbocompressé, de 250 chevaux pour la version commerciale, et entre 350 et 450 chevaux pour la version de rallye. Des kits de modification existaient pour faire monter les versions de série à 300 chevaux. Bien que la RS200 avait un équilibre très compétitif, son rapport poids/puissance n'était pas idéal, et son moteur était faible à bas régime. Cela l'handicapa, et son meilleur résultat en championnat de monde des rallyes fut une troisième place au rallye de Suède 1986, atteinte par Kalle Grundel. Lors du rallye suivant, une RS200 fut impliquée dans un des pires accidents de l'histoire du rallye, quand elle sortit de la route au milieu d'un groupe de spectateur, en tuant trois et en blessant de nombreux autres1. Peu de temps après, lors du rallye de la Hesse en Allemagne (hors championnat du monde), une RS200 conduite par le pilote suisse de F1 Marc Surer sortit de la route, heurta un arbre, causant le décès du copilote Michel Wyder.

 

Ces évènements ne mettaient pas en cause la voiture elle même, mais, comme l'ensemble des accidents mortels de cette époque, étaient plutôt dus à la combinaison pilotes-voitures de groupe B-spectateurs inconscients, qui causèrent au final la disparition du groupe B dès la fin de 1986. La RS200 fut donc périmée après seulement une année de compétition, alors que Ford travaillait sur une évolution comprenant entre autres une amélioration des freins, des suspensions et du moteur. Le moteur (appelé BDT-E), développé par le britannique Brian Hart, était augmenté à 2137cc et sa puissance, bien qu'elle varie selon les sources, était estimée entre 550 et 815 chevaux... Une douzaine de ces évolutions furent construites entre 1986 et 1992 et participèrent aux championnats européens de rallycross; le Norvégien Martin Schanche fut champion d'Europe de rallycross 1991 au volant d'une RS200 de 650 chevaux.

 

Production

 

Les véhicules de rallye, pour être homologables dans le groupe B, devaient être accompagnés par une série commerciale d'au moins 200 exemplaires. Ford construisit donc 200 RS200, plus des pièces détachées pour plus de 20 autres, pièces qui furent ensuite utilisées pour construire deux voitures non officielles. 24 de ces 200 exemplaires furent modifiés et appelés RS200 Evolution, et siglées 'E' ou 'E2'.

Moteur

  • Moteur central longitudinal, quatre roues motrices;
  • 1803 cc (110 CID)
  • Culasse et bloc en alliage d'aluminium;
  • 4 cylindres en ligne, à chemises en Nikasil;
  • Refroidissement par eau;
  • Double arbre à câmes en tête, 4 soupapes par cylindre;
  • Compression 7.2:1, injection électronique Bosch Motronic, turbo Garrett T3 0,8 bar;

Transmission

  • Boite manuelle 5 rapports.
  • Trois possiblités de répartitions :
    • Propulsion,
    • Avant 37%, arrière 63%,
    • Avant 50%, arrière 50%.

Suspension

  • Avant, indépendante, double triangle, double amortisseur, barre anti-roulis.
  • Arrière, indépendante, double triangle, double amortisseur, barre anti-roulis.

Direction

  • Crémaillère directe, certains modèles on une direction assisté hydrauliquement.

Dimensions

  • Longueur : 3,825 m
  • Largeur : 1,764 m
  • Hauteur : variable
  • Poids : 1180 kg

Écrire commentaire

Commentaires : 2
  • #1

    Aymeric (lundi, 08 août 2011 18:49)

    Une tuerie cette voiture!! c'était la belle époque..

  • #2

    Ford RST Team (dimanche, 14 août 2011 11:28)

    Elle est vraiment terrible. Tant par sa puissance que par sa beauté....