Focus RS 215 (2002-2003)

La Focus RS, c'est le rêve empreint de patriotisme d'un Anglais, Martin LEACH président de Ford Europe, de redorer le blason sportif de la marque en Europe. Ce rêve était aussi de mettre un terme à la suprématie de la Subaru Impreza dans la catégorie des "WRC de route". Telle l'arlésienne, la Focus RS se sera donc fait désirer par les passionnés un bon moment. Mais tout vient à point à qui sait attendre...


PRESENTATION


Depuis la fin des années 60, l'appellation RS caractérise les Ford dotées d'un potentiel sportif exacerbé. Succédant aux modèles à propulsion ou à transmission intégrale, la Focus devient la première RS à traction avant. Un choix technique audacieux pour une sportive développant 215 ch, imposé par une logique de rentabilité. La Sub', elle, a 4 roues motrices... Quoi qu'il en soit, la nouvelle venue, toute de "Imperial Blue" vêtue (1 couleur disponible), se démarque à plus d'un titre. Tout d'abord, son développement long et compliqué résulte de la volonté de garantir une préparation aboutie. N'oublions pas que ce modèle doit représenter ce que Ford sait faire de mieux en terme de sportive, tout en perpétuant la réputation de fiabilité de la gamme Focus. Au final, il ne reste pourtant que 70% de pièces communes avec une Focus standard. Esthétiquement, cela se limite aux capot, toit, hayon, portières et vitres (fixes à l'arrière). Pour le look, on admire la sobriété et l'harmonie de l'ensemble. Ailes et voies élargies, jantes OZ de 18", étriers de freins Brembo, boucliers et becquet de hayon confèrent à la Focus RS une belle allure sportive qui rappelle effectivement la méchante version WRC. Pour l'habitacle, Ford est carrément allé faire ses emplettes chez Sparco, célèbre équipementier de la compétition automobile. Nous sommes donc ravis de découvrir de très beaux baquets mi-cuir, mi-alcantara, de couleur bleue et noire, un pédalier alu/caoutchouc prévu pour le talon-pointe, un levier de frein à main en aluminium tout comme le sélecteur de vitesses disposé sur une console en carbone. En revanche, le volant Ford avec airbag n'a rien de sportif, malgré le cuir bi-ton qui le recouvre et le repère central... De même, l'instrumentation incomplète (pas de mano de pression/niveau d'huile, ni ordinateur de bord) est décevante sur une vraie sportive. Ultime détail de l'habitacle de la Focus RS : le bouton vert du démarreur entouré de la plaque chromée portant le numéro d'identification de la bête. Et oui, on ne vous l'a pas encore dit mais cette Focus RS est une série limitée à... 4500 exemplaires dans le monde ! Cela signifie qu'à la fin de la lecture de cet article, si vous êtes convaincu et que votre budget le permet, vous devrez courrir chez votre concessionnaire Ford le plus proche !

 

MOTEUR


Suite au rachat par Audi de l'anglais Cosworth, préparateur attitré de Ford, il a fallu compter sur une disponiblité moindre de sa structure pour le développement de la Focus RS. D'où un retard et des délais allongés sans cesse depuis le lancement du projet. Dérivé du Duratec 2.0 de 130 ch, le moteur de la Focus RS développe 65% de puissance et 75% de couple supplémentaires après adoption du Turbo ! Le travail sur la mécanique reprend même un certain nombre de solutions utilisées en compétition. Pompe à eau, injecteurs, bielles et pistons alu matricés, soupapes au sodium font ainsi partie du stock WRC. L'échangeur de type "water cooled" autorise un fonctionnement à pleine charge sans surchauffe excessive. Loin des préparations brutales des années 80, l'intégration du turbo s'est faite dans un souci de disponibilité maximale. Ainsi, un sytème inédit a été adopté avec le turbo Garrett 2560 LS. Il s'agit d'un flasque de turbine en inox et d'une valve de recirculation qui renvoie l'air de surpression vers l'échappement pour maintenir la rotation du turbo, réduisant ainsi le temps de réponse à la réaccélération. Et dans les faits, ce moteur surprend par sa disponibilité à tous les régimes Pas de coup de pied au cul :( mais une poussée franche et linéaire, proche de celle d'un moteur à compresseur. Sa sonorité pourtant assez discrète n'a pas non plus été négligée et s'inscrit bien dans l'esprit "WRC" de la Focus RS. Equipée d'une boîte 5 rapports profondémment retravaillée pour l'occasion et dotée d'un embrayage renforcé AP Racing, la Focus RS se dote d'un organe de transmission au top. Parfaitement bien étagée, son maniement est exemplaire. En clair, le couple moteur/boîte est un pur régal. Dernier détail compèt', un témoin lumineux prévient le changement de rapport à l'approche de la zone rouge... Ford annonce 232 km/h en pointe, le 0 à 100 km/h est quant à lui parcouru en 6.7 secondes et le 1000 m D.A en 27"3. Les reprises sont tout aussi dynamiques : 90 à 120 Km/h en 4"7 et 6"7 respectivement sur les 4 et 5èmes rapports. Ces valeurs, exceptionnelles pour une traction avant, mettent dans le vent la plupart des rivales directes de la Focus RS, y compris la fameuse Subaru Impreza WRX. Loin d'être anodines, ces perfs canon sont le reflet d'une préparation intelligente et sérieuse. La gestion moteur réduit le couple sur les deux premiers rapports tout comme le différentiel Quaife à vis sans fin évite les patinages intempestifs. Rappellons aussi que la Focus RS ne pèse "que" 1278 Kg. Le Cx de 0.36 ne joue pas en faveur de la Focus RS sur le plan de la consommation, tout comme le choix de la suralimentation. Pourtant, si vous ne faites pas tourner la mécanique comme un bourrin en permanence (dure de se retenir...), la consommation peut se limiter à 11L de moyenne.

 

SUR LA ROUTE


La Focus s'est très vite affichée comme une référence dans sa catégorie. La version RS enfonce le clou et représente sans doute l'aboutissement ultime du châssis de la Focus en termes d'efficacité et de plaisir. Grâce aux voies élargies accceuillant d'immenses roues de 18" chaussées de Michelin Pilot Sport spécifiques, de différents renforts dans ses liaisons au sol et d'un angle de carrossage négatif augmenté, la bête reste scotchée au bitume et repousse les limites de l'adhérence au-delà du raissonnable sur route ouverte. Le seul bémol provient des suspensions très fermes (Sachs Racing) qui font tourner la conduite en séance de Rodéo sur les routes défoncées. Mais sinon, quel régal dans les virolos ! Heureusement, nos vertèbres et la peur de jeter ce petit bijou dans le creux d'un ravin ont tôt fait de nous ramener à la raison et à la (dure) réalité : nous ne sommes pas Colin Mc Rae et la route ouverte n'est pas un terrain de spéciale très apprécié par les forces de l'ordre. Très directe (2,9 tours de butée à butée), la direction de la Focus retransmet un excellent "feeling" de la route. Ainsi avec l'aide de trains roulants sophistiqués la voiture se place au centimètre près, ce qui confère un agrément de conduite vraiment très important. Les remontées de couple et les secousses dans la direction sont inexistantes et le rayon de braquage est agréablement court. Equipée comme beaucoup de ses concurrentes de quatre disques, dont deux ventilés à l'avant, la Focus RS possède un freinage mordant et endurant. La présence d'étriers 4 pistons Brembo à l'avant n'y est certainement pas étrangère... l'ABS, démuni de l'amplificateur d'urgence, a été reprogrammé pour une action mois dérangeante en conduite sportive. La notion de confort n'a pas été totalement oubliée mais n'occupe à première vue qu'une part négligeable du cahier des charges. Les baquets Sparco maintiennent admirablement le corps mais ne sont pas exagéremment fermes. A l'arrière, la banquette reste celle d'une Focus de base (en dehors de l'habillage) et manque sérieusement de maintien si le chauffeur se mue en pilote. Pour les longs voyages et le quotidien, Ford a pensé à équiper sa WRC d'un lecteur CD, des vitres avant électriques, d'une alarme périmétrique (la peur du voleur reste supérieure à la peur du gendarme !) et de l'air conditionné manuel. Impossible d'avoir une clim' toute automatique cependant et aucune option n'étant disponible pour cette version, vous devrez vous contenter de la dotation de série !

 

:: CONCLUSION

 
Cette version extrême de la Focus nous a étonné par la qualité de sa préparation et son homogénéité d'utilisation. Ultra sportive, elle sait aussi se faire voiture de tous les jours, notamment par la disponibilité de sa mécanique. Devant ce bilan quasi parfait, nous en venons à regretter profondément une production limitée à seulement 4500 exemplaires dont seules quelques centaines finiront en France ! Donc, si vous en avez le goût : FONCEZ CHEZ FORD !!!

 

Source L'automobile Sportive

Écrire commentaire

Commentaires : 0