SportKa (2003-2006)

LA GTI DES COPAINS


Qui se souvient aujourd'hui des petites Fiesta XR2 et XR2i des années 70-80 ? Ford avait alors une vraie stratégie de sport populaire pour la plus grande joie des passionnés de sport automobile pas forcémment argentés. Depuis, c'était le trou noir avec une stratégie marketing confuse et perturbée. Désormais, c'est le PDG de Ford Europe en personne qui a souhaité que la marque à l'ovale revienne sur les notions essentielles du plaisir de conduite…


Fin 90 et début 2000, il fallait alors avoir une sacrée dose d'optimisme pour être vendeur dans le réseau Ford. En effet, la gamme européenne du constructeur américain s'est alors réduite à la plus simple expression. Suppression et arrêt progressif des coupés Cougar, des Puma, des 4x4, plus de cabriolets, la Scorpio à la trappe… Il restait donc dans les show rooms des concessions que des Fiesta (alors à l'agonie et âgées de plusieurs années -1989 pour être plus exact !-), des Focus amputées de leur version 2 litres 16 soupapes, des Mondeo et des Ka. Pas de versions sportives dans aucune gamme, aucune variante cabriolet, il n'y avait alors pas de quoi réveiller les foules et les supporters de Ford. Mais, la direction de Ford Europe a repris les choses en main pour le plus grand bonheur des forces de ventes du réseau Ford européen. Une kirielle de nouveaux modèles et surtout de variantes ont vu le jour et sont à venir en l'espace de deux ans : nouvelle Ford Fiesta, Ford Fusion, Ford C-max, gamme ST sportives sur Focus et Mondeo, la Focus RS et la StreetKa. Et pour remotiver les troupes et prouver à tous que la Ka n'est pas enterrée, les ingénieurs ont même conçu la SportKa, renouant ainsi avec le passé riche en sportives populaires du blason ovale bleu et blanc...

 

LOOK DE FRIMEUSE !


La Ford SportKa s'est dotée de tous les artifices de style pour se donner des airs de sportive accomplie. Ainsi, les boucliers avant et arrière sont spécifiques et plus enveloppants. Ce sont les mêmes que ceux montés sur la StreetKa, avec laquelle la Ford SportKa partage de très nombreux éléments mécaniques et stylistiques. La partie avant est particulièrement réussie avec ces feux antibrouillards en forme de dents encadrant une bouche (d'aération) béante. Et les blocs optiques légèrement masqués aux extrémités amènent une petite touche de fraîcheur au dessin si particulier de la Ford Ka. A noter également les jantes alu de 16 pouces au dessin identique à celles de sa consoeur StreetKa et l'aileron de hayon. Que l'on aime ou déteste le design de la Ford Ka, le moins que l'on puisse avouer, est que l'ensemble avec la présentation SportKa est très réussi, homogène et agressif.

 

NE M'APPELEZ PAS STREETKA...


En tant que variante sportive et inspirée, la Ford SportKa reprend exactement la même présentation que la StreetKa. Ainsi, l'équipement général est plutôt complet dans ce segment d'auto avec de série un compte-tours, un volant gainé de cuir, la climatisation manuelle, les vitres électriques, la fermeture centralisée, la radio CD… En option, l'amateur averti pourra opter pour l'intérieur cuir bi-ton anthracite/rouge ou anthracite/bleu. Ces teintes flashies à l'intérieur nous ramènent à l'époque bénie des GTI des années 80 ! La planche de bord reprend dans son ensemble le dessin de celle des Ka avec sa forme ovoïde assez particulière, mais bien assemblée et avec des plastiques de bonne facture, surtout compte-tenu du prix de l'auto. Autre détail sympathique, la petite touche sportive avec le pommeau de levier de vitesse en alu comme il l'était sur feu les Puma.

 

MOTEUR !


Circulez il y a rien à voir ? Nous n'irons pas jusque-là, mais il est clair que les amateurs de mécaniques pointues et évoluées passeront leur chemin du capot de la Ford SportKa. Ce quatre cylindres en ligne de 1,6 litres développe 95 ch, mais avec 8 soupapes seulement. Là encore, le retour aux GTI des eighties est flagrant. Est-ce bien grave docteur ? Oui et non. Oui, car on sent que la puissance de 95 ch est un grand maximum pour cette mécanique, et non car finalement la très bonne boîte mécanique à 5 rapports rattrappe l'ensemble par un maniement ferme et précis.

 

SUR ROUTE…


Après les grosses GT essayées dernièrement, cela fait toujours tout drôle de se retrouver installé à l'intérieur d'une caisse aussi compacte. Il est clair que l'habitabilité de la Ford SportKa, comme sur le reste de la gamme Ka d'ailleurs, n'est pas leur fort. Mais elles n'ont pas été non plus conçues pour cela. Clé de contact en route et le moteur émet une sonorité trop peu sportive à notre goût. Lorsqu'il y a 20 ans certaines GTI nous gratifiaient encore de leurs vocalises via des carburateurs musicaux, l'injection électronique et la dépollution ont masqué les sonorités enjouées. Pourquoi donc ne pas avoir travaillé l'échappement comme ce fut le cas sur les Ford Puma ? Premier rapport enclenché et premier point très positif : la boîte offre un maniement ferme et précis. Cela sera utile pour la suite. Moteur chaud, on peut aller pousser le châssis dans ses derniers retranchements sur routes sinueuses. Et là, merveille ! Ford avait déjà annoncé la couleur avec la Focus, mais sur la Ford SportKa c'est flagrant. Pour les excellents châssis, il faudra désormais compter également sur la gamme Ford. Totalement rivée au sol, la Ford SportKa est amortie juste ce qu'il faut et confirme le bien fondé de la pose de barres anti-roulis plus grosses. Les jantes de 16 pouces chaussées de pneus à profil bas n'y sont pas étrangères non plus. Ce châssis fantastique nous amène en réalité un regret : son moteur pas assez pétillant pour réellement valoriser le travail des ingénieurs châssis. Dommage, car pour le reste c'est le sans faute. En quelque sorte, la Ford SportKa représente le compromis entre l'esprit des GTI d'antan légères et vivantes, mais avec la rigueur d'un châssis d'aujourd'hui et une qualité de fabrication valorisante. Un petit goût d'amertume teinté d'un brin de nostalgie en quelque sorte...

 

:: CONCLUSION

 
Disons-le tout de suite, la Ford SportKa nous a enthousiasmée sur bien des points. Elle nous a surtout rappelé feu la 205 GTI 1.6 105 ch première du nom par son comportement routier en béton armé, son look d'aguicheuse et son moteur qui oblige à jouer du levier. Heureusement, la fabrication et la finition sont, elles, contemporaines. Mais pourquoi diable ne pas avoir mis un moteur plus pétillant et plus actuel avec un échappement plus travaillé ? Certainement une histoire de gros sous, car à 12 800 € il ne faut pas être trop regardant. Rien que par son look, ses qualités dynamiques et son prix, la Ford SportKa mérite plus d'attention qu'elle n'en a aujourd'hui dans la presse et auprès du public...

 

Source L'automobile Sportive

Écrire commentaire

Commentaires : 0